Chefs d’entreprise, ne cédez pas à l’immobilisme

En première ligne pendant le confinement, vous avez dû faire des choix de nécessité, organiser le télétravail, parer au plus urgent. Et pour vous, chefs d’entreprise, le plus dur n’est pas derrière vous car c’est précisément maintenant que vos décisions sont les plus scrutées, votre stratégie analysée et vos partis pris débattus. Pourtant vous auriez tort de tomber dans l’attentisme, votre pire ennemi face à la crise et surtout celui qui vous sera le plus reproché. Alors comment assumer votre posture de leader ? Quelles opportunités saisir ? et quelle relance anticiper ? Voici nos conseils pour ne pas céder à l’immobilisme.

Garder son rôle de capitaine

Pendant le confinement, vos pas se sont réglés sur les communications du gouvernement et peut-être avez-vous eu l’impression de perdre le contrôle de votre entreprise. Ce que constatent également les experts c’est que vous êtes, dirigeants de PME-PMI en particulier, à 90% très affectés par le stress qui a pour effet de paralyser les initiatives et freiner la capacité d’action.

Ce qu’il faut pourtant clairement craindre c’est l’attentisme dont vous pourriez faire preuve : il va en effet à l’encontre même de la posture de leadership du chef d’entreprise. Votre peur ou votre manque de confiance ne doivent pas vous contraindre à attendre les consignes gouvernementales. N’oubliez pas que l’on compte sur vous et que votre rôle est de fixer le cap, d’expliquer le plan à suivre et de mettre en actions vos équipes pour atteindre l’objectif. Vous devez donc continuer à prendre des décisions, même si des directives supérieures vous les feront changer.

On ne vous reprochera pas de modifier une directive qui ne peut s’appliquer à cause d’évènements récents. En revanche, on ne vous pardonnera pas de vous faire dépasser par un concurrent (qui vit les mêmes choses que vous) et qui, en prenant le risque de se transformer, d’innover, remportera tout le marché et vous distancera peut-être définitivement.

Élaborer plusieurs plans de rebond

Si vous voulez être en mesure de saisir les opportunités et être pleinement acteurs de la relance économique, il vous faudra gagner en adaptabilité en ayant prévu non pas un mais plusieurs plans de rebond. Loin de paraître indécis, c’est votre adaptabilité et votre capacité à anticiper qui sera alors remarquée. S’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, vos décisions doivent pouvoir changer de cap au gré des circonstances de l’actualité.

Personne ne sait encore quel impact aura réellement la crise sur les entreprises et pour l’instant, celles-ci tiennent le coup car leur trésorerie est assurée par les mesures gouvernementales. Quand les reports ou les exonérations de charges, la suspension des loyers, les prêts garantis par l’État, l’aide versée aux indépendants, le chômage partiel etc… auront pris fin, combien d’entreprises seront-elles en mesure de se relancer et combien feront faillite ? Personne ne le sait, c’est donc à vous de mettre toutes les cartes de votre côté pour prévenir une telle situation. Imaginez le plus de scenarii possibles, calculez les conséquences d’un arrêt des aides à date 1, date 2, etc… Vous aurez ainsi davantage de visibilité pour réagir en conséquence et opérer les coupes budgétaires nécessaires.

De la même manière si l’horizon est flou, il faut préparer toutes les hypothèses : des clients de retour comme avant, moins qu’avant, plus qu’avant, avec quelles nouvelles exigences ?

Il est capital de savoir intégrer l’incertitude aux plans de rebond et de savoir que tous les plans ne donneront pas de résultat. Le principal est de pouvoir anticiper, mobiliser vos équipes pour exécuter le plan afin que cette démarche vous serve à pivoter si la situation l’exige. C’est parce que vous aurez anticipé que vous aurez la capacité opérationnelle de trouver une solution et d’agir vite.

Rester connecté aux autres 

Ne vous enfermez pas dans votre angoisse de preneur de décisions. Rapprochez-vous des métiers et personnes qui vivent la même chose que vous et échangez sur les meilleures pratiques qui ont démontré leurs effets. Informez-vous sur les options financières et juridiques, montez des partenariats, intégrez vos équipes au projet commun futur etc

Même si vous ne pourrez pas respecter les plans à la lettre, le fait de s’être organisé pour pouvoir les exécuter vous donnera une longueur d’avance et vous permettra de vous relever de la crise.